Ḡéconomicus, Montpellier du 19 Février 2017 !
COMPTE-RENDU

 

12 joueurs ont participé à un Jeu Ğeconomicus, le 19 Février 2017, organisé à Montpellier.

1ère partie « Monnaie-dette »


 

La première partie « monnaie-dette » a simulé le système économique actuel, utilisant une monnaie bancaire privée (comme l’Euro ou la plupart des grandes monnaies actuelles).

Nous avons réalisé 10 tours, de 8 minutes chacun.

Chaque tour simulant 8 années, dans le but de totaliser 80 ans d’économie.

Des joueurs meurent ou renaissent à chaque tour, mettant en œuvre les cycles de vie (entrées et sorties) dans une économie réelle.

Les joueurs témoignent à chaud de leur « ressenti » personnel (11min)

Résultats chiffrés

Voici le bilan chiffré de cette 1ère partie :

Les caractéristiques macroscopiques de l’économie simulée sont :

Moyenne du nombre de valeurs créées par joueur : 24,46 valeurs économiques

Écart type (en % de la moyenne) : 119,44 % (les inégalités)

Plusieurs Observations :

Bien que certains joueurs n’ai pas été en capacité de rembourser toutes leurs dettes à leur mort, la banque s’en tire tout de même bien mieux que tout les autres joueurs.

Seul 25% des joueurs atteignent la moyenne, et parmi les 75% de joueurs sous la moyenne, beaucoup d’entre eux n’atteignent même pas la moitié de la moyenne. Cette disparité est typique d’un système monétaire centralisé.

Quelles conclusions en tirer ?

Les pauvres sont-ils simplement des mauvais joueurs moins bons ? Manque t-il de compétences ?
On peut tout au moins dire que ce système ne convient pas à tous, visiblement…

2ème partie « Monnaie libre »


 

Les même joueurs ont continuer (après une pause bien méritée !) à jouer une nouvelle partie.

Tout y était identique (nombre de tours, durée d’un tour, etc.) sauf le mode d’émission de la monnaie.
Plutôt que passer par la Banque, la monnaie y était créée par un Dividende Universel (DU) versé à chaque joueur, en début de chaque tour.

A noter que ce « DU » était revalorisé de 10% de croissance par an, afin de rester juste pour les nouveaux entrants (les nouveaux nés dans l’économie) qui succédaient aux sortants (les décès).

“Chaque tour simulant 8 années de vie, les 10% cumulés sur 8 ans revienne en fait à multiplier le DU par 2 à chaque tour.”

Quelques témoignages à chaud :

Résultats chiffrés

Voici le bilan chiffré de cette 2ème partie :

Les caractéristiques macroscopiques de l’économie libre simulée sont :

Moyenne du nombre de valeurs crées par joueur : 36,23 valeurs économiques

Écart type (en % de la moyenne) : 57,27 %

Premier constat :

Il n’y a plus de très très pauvres… ni de très très riches ! Il reste des différences de richesse, mais personne ne semble totalement exclu ni totalement au dessus des autres. On le constate également par la baisse importante de l’écart type, divisé par 2 en comparaison de la partie en « monnaie dette ».

Par ailleurs, la moyenne des valeurs par joueur augmente significativement (+48%) : c’est à dire que la communauté, pourtant constitués des même joueurs, à produit beaucoup plus de valeurs, et avec moins d’efforts !

Conclusion :

Que faut-il en conclure ?
Certains dirons que les joueurs se sont habitués, entre la 1ère et la 2ème partie, et produisent donc plus;
Que les taux pratiqués par la Banque ne sont pas comparables avec ceux de l’économie actuel, etc. …et si vous essayez de jouer à votre tour, pour vérifier tout cela par vous même ?
Et si vous inversiez les 2 jeux ? ou mieux encore : pourquoi ne pas simuler avec des joueurs différents entre les deux parties ? Avoir des taux différents, etc…

Pour aller plus loin…