Compte-Rendu Ḡéconomicus,

Toulouse, 09 Avril 2017 !

 

Par un beau dimanche ensoleillé de printemps une dizaine de personnes étaient réunies pour découvrir le jeu Ḡéconomicus.
11 joueurs ont donc participé au jeu, le 09 Avril 2017, organisé à Toulouse.

Ğeconomicus est un jeu de simulation économique permettant de découvrir l’influence de la création monétaire sur les échanges. Les joueurs y achètent et vendent des valeurs économiques dans le but d’en créer de nouvelles. Le temps est un facteur important du jeu, à plusieurs niveaux, notamment par le cycle de vie des humains et des valeurs.

L’intérêt du jeu est surtout de comparer différents types de monnaies, dont le concept de monnaie libre, tel que démontré dans La Théorie Relative de la Monnaie.

L’animateur expose les règles du jeu

L’animateur dispose de deux feuilles d’aide et de leurs marqueurs.
Sur la première feuille, il dispose les 4 marqueurs de valeurs dans les cases et de gauche à droite : l’alimentation, la culture, l’énergie et la valeur “en attente” : la technologie.
Sur la seconde feuille, il dispose les 4 marqueurs de billets dans les cases. De gauche à droite : le rouge, le jaune, le vert et le billet “en attente” : le bleu.
Une fois pour la partie « Monnaie-Dette », puis pour la partie « Monnaie Libre ».

1ère partie « Monnaie-dette »


 

La première partie « monnaie-dette » a simulé le système économique actuel, utilisant une monnaie bancaire privée (comme l’Euro ou la plupart des monnaies actuelles).

Nous avons réalisé 10 tours, de 5 minutes chacun.

Chaque tour simulant 8 années, dans le but de totaliser 80 ans d’économie.

Des joueurs meurent ou renaissent à chaque tour, mettant en œuvre les cycles de vie (entrées et sorties) dans une économie réelle.

2ème partie « Monnaie libre »


 

Les même joueurs ont continuer (après un repas bien mérité !) à jouer une nouvelle partie.

Tout y était identique (nombre de tours, durée d’un tour, etc.) sauf le mode d’émission de la monnaie.
Plutôt que passer par la Banque, la monnaie y était créée par un Dividende Universel (DU) versé à chaque joueur, en début de chaque tour.

A noter que ce « DU » était revalorisé de 10% de croissance par an, afin de rester juste pour les nouveaux entrants (les nouveaux nés dans l’économie) qui succédaient aux sortants (les décès).

“Chaque tour simulant 8 années de vie, les 10% cumulés sur 8 ans revienne en fait à multiplier le DU par 2 à chaque tour.

Résultats chiffrés

Voici le bilan chiffré de cette 1ère partie :

  • Valeurs produites

Résultats chiffrés

Voici le bilan chiffré de cette 2ème partie :

  • Valeurs produites
  • Inégalités 66%
  • Inégalités 24%

Résultats des deux parties jouées

Partie Monnaie Dette sans la banque

Partie Monnaie Dette avec la banque

Partie Monnaie Libre

Total valeurs produites

201

264

518

Moyenne Valeurs produites par joueur

18

22

47

Écart type

38 %

66 %

24 %

 

Le banquier

Les joueurs

Le pique-nique

Le vin d'épines

La partie Monnaie Libre

Commentaires :

* Saut technologique :

Lors de la partie en monnaie libre il a été effectué un saut technologique (mais pas en partie monnaie dette)

* Production de richesses :

On constate qu’on a crée deux fois plus de valeurs en Monnaie Libre qu’en Monnaie Dette et que plus de 25 % du total créé en Monnaie Dette est allé à la Banque

* Moyenne de la richesse produite par joueur :

mêmes observations que ci-dessus

* Écart type (Inégalités) :

L’écart moyen entre les résultats des joueurs et la moyenne de la richesse produite traduit la dispersion de ces résultats ; plus l’écart type est petit, moins il y a de dispersion, d’écart entre les petits producteurs de valeurs et ceux qui ont mieux réussi.

– On voit que l’écart type est inférieur en monnaie libre qu’en monnaie dette pour une production supérieure en monnaie libre, donc on peut conclure à une meilleure répartition de la richesse produite dans le système économique sous monnaie libre

– En monnaie dette on observe l’augmentation de l’écart type lorsqu’on prend en compte la banque dans le calcul, ce qui traduit le fait qu’elle s’accapare une part conséquente (son résultat est très supérieur à celui des autres joueurs) de la richesse produite (63/264 = 23,8%)

Pour aller plus loin…