Alexis, Apprenti Paysan

Un Tour de France, le parcours d’une reconversion
et le message de la Monnaie Libre

Des nouvelles d’Alexis,
notre apprenti paysan !

Depuis le 1er juin, Alexis a rejoint un couple de maraîchers près de Montauban pour la première étape de son tour de France.

Moi : Alors ça y est ! Tu es arrivé sur le premier lieu. Comment se passe ce début de nouvelle vie ?

Alexis : Très bien ! j’ai eu un bel accueil et tout est fait pour que mon intégration se passe bien. Il faut préciser que c’est un couple que je connaissais déjà depuis deux ans grâce à l’AMAP dont j’ai fait partie. Je dispose d’une chambre à l’étage et je partage de délicieux repas avec eux, comme en famille, avec les légumes de la ferme (miam) !

Moi : Quels sont vos sujets favoris ?

Alexis : Forcément, beaucoup de sujets tournent autour de la vie paysanne et il est vrai qu’ils remettent en question le concept de démocratie en France dans le sens où ils vivent avec peu alors qu’ils se tuent à la tache. Même si cette vie qu’ils ont choisie leur plaît, qu’ils sont heureux, ils ne se sentent ni écoutés ni valorisés. On demande aux agriculteurs de produire toujours plus et pour toujours moins cher. Je détaillerai les réflexions dans un prochain entretien.

Moi : Comment s’organise ta semaine de travail ?

Alexis : Je travaille cinq jours sur sept. On se lève à 6h pour démarrer le travail à 7h et on termine à 13h avec une pause petit-déjeuner vers 9h. Je m’occupe de planter, désherber, cueillir les légumes, qu’ils soient sous serre ou en plein champ.

Moi : Quelle est la taille de l’exploitation ?

Alexis : C’est une ferme en polyculture-élevage. Ils produisent des légumes, des fruits pour l’auto-consommation et ont des chevaux pour le fumier et la traction animale. Ils ont 24 hectares dont 2 exploités. Une grosse partie est réservée au pâturage et une dernière reste à l’état de forêt.

Moi : Quels sont les débouchés de cette exploitation ?

Alexis : Ils produisent pour trois AMAP, ce qui revient à préparer 40 paniers par semaine.

Moi : Ont-ils des animaux, une basse-cour ?

Alexis : Très peu : deux chiens, trois chevaux pour la traction, un coq et deux poules !

Moi : Es-tu le seul volontaire ?

Alexis : Non, il y a régulièrement des stagiaires qui sont en formation agricole et des wwoofeurs qui viennent aider, échanger… Pendant cette première semaine, il y avait 3 stagiaires et 2 wwoofeurs. C’est très important pour eux du point de vue éthique, ils vivent leur métier non seulement comme fonction nourricière mais également comme fonction de transmission, d’ouverture et d’échanges de connaissance. C’est aussi une manière de faire évoluer leur réflexion, leur métier et leurs pratiques.

Moi : Qu’est-ce qui a le plus changé chez toi depuis que tu es arrivé ? Comment te sens-tu ?

Alexis : Je me sens paisible et serein car je considère enfin, travailler positivement en faveur de l’environnement et de l’homme à travers une agriculture et une alimentation saines. C’est vraiment un mode vie tranquille par rapport à la vie citadine que je menais.

Moi : Comment occupes-tu tes temps libres ?

Alexis : Je participe à la vie de la ferme : j’aide, entre autres, à préparer les repas, la vaisselle, vider les toilettes sèches. J’essaie aussi de partager mes compétences avec eux : j’ai plié des fleurs en origami et les ai massé. Je profite de l’après-midi pour dormir dehors (dans un hamac ou à côté des chevaux), me promener dans la ferme, lire (beaucoup) et préparer ma recherche d’emploi pour l’Alsace.

Moi : Qu’en est-il de la monnaie libre ?

Alexis : Un samedi soir, j’ai assisté à un apéro-film organisé entre voisins. Le film projeté était Qu’est-ce qu’on attend ?, un film de Marie-Monique Robin sur le village d’Ungersheim en transition. Cela a donné lieu à un débat sur la résilience la société vis-à-vis du pic pétrolier. J’ai pu, à cette occasion commencer à évoquer la monnaie libre au sujet de l’autonomie monétaire. J’ai eu la bonne surprise de rencontrer à cette soirée une monnaie libriste ! Il s’agit de Sylvie dont le pseudo est Philos et elle habite dans le village même, quelle heureuse coïncidence ! Mais malgré tout, j’avoue que le concept de monnaie libre est encore compliqué à faire passer ! Je n’ai pas vraiment eu de résistance mais… je pense qu’il va falloir que je prenne mon temps et plusieurs fois revenir à l’ouvrage ! Chaque chose en son temps 🙂

Dur dur le travail à la ferme !

Alexis & Booba !

Moi : Eh bien ! Pour une première semaine, c’est déjà énorme ! Et au fait, pour Booba ? Comment s’est-il adapté à sa nouvelle vie ?

Alexis : Booba est aussi en transition ! D’abord, il ne sentait pas à l’aise car il avait perdu ses repères casaniers. En effet, dès qu’il ne me voit plus, c’est la panique et il tourne autour de la maison pour me chercher ! J’en profite pour jouer à cache-cache pour l’habituer à moins me chercher. Il lui faudra un peu de temps pour s’adapter à sa nouvelle vie. A présent, il peut sortir à tout moment car il a constamment accès à l’extérieur. Il vadrouille, court dans les champs, chasse dans les herbes, joue avec les autres chiens, prend son rôle de chien de garde à cœur (qu’on ne lui a jamais demandé!) et surtout fait le plein de câlins auprès de tous.

Moi : Je suis ravie de voir que tout se passe bien pour vous. On se recontacte fin juillet pour voir les différentes évolutions. A très bientôt et merci à toi de nous faire partager ton expérience.

Alexis : Je te remercie vraiment pour ta bienveillance et ta curiosité ! Cela me permet de prendre du recul et de partager des valeurs et une expérience à une plus grande échelle. Je trouve que le premier article résume bien les principes et le projet de vie que je poursuis et j’ai pu le partager à des proches pour expliquer cette vision et surtout les faire découvrir la monnaie libre (tant qu’à faire !). Je serai au Ǧmarché de Rabastens le 28 juin et à l’Apéro ML le 29 Juin.

 

A bientôt pour le prochain épisode !

Interview d’Alexis, le 20 juin 2018
Alexia007

Print Friendly, PDF & Email